9. Poste de pompiers Graham No. 10

Construction :  1920 - 1921

Architecte :  Werner Ernst Noffke

Emplacement :  260, avenue Sunnyside, Ottawa

 

Le poste de pompiers Graham no 10, œuvre de l’éminent architecte d’Ottawa Werner Ernst Noffke, est un immeuble raffiné de style colonial espagnol. Il a été nommé en l’honneur du quatrième chef des pompiers d’Ottawa, John W. Graham (1878-1921), décédé au moment où la construction s’achevait.

Datant d’une époque de transition pour la technologie de la lutte contre les incendies, le poste de pompiers Graham no 10 était conçu pour recevoir aussi bien des charrettes à cheval que des camions. Des écuries étaient situées au niveau inférieur, accessible depuis une rue latérale. Au lieu de la tour qui était auparavant nécessaire pour accrocher les boyaux d’incendie en toile afin de les faire sécher, le poste comportait au sous-sol un local où les nouveaux boyaux en caoutchouc pouvaient être étendus.

Avec sa structure basse ressemblant à un bungalow, le poste de pompiers s’intègre harmonieusement dans son quartier résidentiel. Le porche saillant au pignon curviligne menait au bureau. À droite, deux portes à panneaux multiples donnent accès au garage des camions. Entre elles, un cartouche identifie l’immeuble.

En 1964, alors qu’Ottawa cherche à rationaliser son service d’incendie, un rapport de consultants recommande que la Ville déplace le poste de pompiers no 9 (Pretoria et O’Connor) un demi-mile au sud, près de l’angle Bank et Fifth, et ferme le poste de pompiers no 10 (Sunnyside et Fairbairn).

Dix ans plus tard, le poste de pompiers no 12 sera construit à l’angle de l’avenue Fifth et de la rue O’Connor. De ce fait, le poste de pompiers Graham no 10 sera désaffecté.

Il paraissait inévitable que le poste de pompiers inoccupé disparaîtrait. Reconnaissant combien il importait de lui trouver une nouvelle vocation, Patrimoine Ottawa posait cette question, dans le numéro de novembre 1974 de son bulletin : ne s’agissait-il pas d’un cas où un « recyclage » pourrait servir d’exemple pour tous?

Une campagne dirigée par Mary-Anne Phillips (membre fondatrice de Patrimoine Ottawa) et l’appui du maire Lorry Greenberg ont permis de renverser la vapeur.

Bénéficiant d’une aide financière de la Ville, le centre communautaire d’Ottawa-Sud a été inauguré dans l’immeuble en 1977.

Dans le numéro de décembre 1981 d’Ottawa Magazine, R.A.J. (Bob) Phillips, cofondateur de Patrimoine Ottawa, rappelait le combat mené pour sauver le poste de pompiers Graham no 10 :

« Un moment, pendant les années 1960, on aurait dit que le service des incendies remblayait davantage d’immeubles qu’il n’en sauvait des flammes. Son poste Sunnyside était destiné à y passer. Une résidente locale a entrepris une campagne solitaire pour le sauver, invitant Lorry Greenberg – qui deviendrait un des maires d’Ottawa les plus sensibles au patrimoine – à l’appuyer.

« Heureusement, l’immeuble avait un excellent potentiel comme centre communautaire. Les bulldozers ont été tenus à l’écart, et l’association communautaire locale s’est employée à prouver la faisabilité d’un tel centre, puis à en faire une réalité. Aujourd’hui, un des rares exemples survivants de postes de pompiers à l’architecture intéressante vit une nouvelle vie comme centre d’activité communautaire... »

En 1996, l’ancien poste de pompiers Graham no 10 a été désigné en vertu de la partie IV de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario.

L’édifice a fait l’objet de vastes rénovations en 2009-2010, suivant les plans de l’architecte Anthony Leaning, du cabinet d’Ottawa CSV Architects. En faisait partie un agrandissement de 300 mètres carrés devant répondre aux besoins de la communauté du Vieil Ottawa-Sud, qui continue d’utiliser l’immeuble comme son centre communautaire local.