32. École Guigues / Centre de services Guigues

Construction : 1904 | Agrandissement : 1923-1924 | Restauration : Barry Padolsky and Associates Inc.

Architectes : Félix Maral Hamel | Barry Padolsky and Associates Inc.

Emplacement : 159, rue Murray, Ottawa

 

L’école Guigues a été nommée en l’honneur de Mgr Joseph-Eugène-Bruno Guigues, premier évêque catholique d’Ottawa. Construite en 1904 pour accueillir 100 garçons, elle remplaçait une précédente école francophone à proximité. L’immeuble néoclassique est l’œuvre de l’architecte d’Ottawa Félix Maral Hamel (1851-1907). Il comportait 14 classes, le logement pour 15 frères des Écoles chrétiennes et une chapelle.

La discrète structure rectangulaire de trois étages en brique ornée de pierre a un toit plat et une grande corniche de style classique en tôle. Au centre de la façade à 11 baies, un pavillon à trois baies légèrement en saillie s’élève au-dessus de la ligne de toit, surmonté d’un parapet à degrés décoré d’urnes et d’une croix. Deux escaliers en pierre à quartier tournant mènent à l’entrée principale; ils aboutissent à un large palier face à des doubles portes. Les étages supérieurs sont tout en brique, avec des fenêtres équidistantes, étroites, au linteau plat et au rebord à tenon de pierre de Gloucester à parement brut. Le sous-sol est en pierre calcaire à parement brut; il s’y trouve des fenêtres alignées sur celles des étages supérieurs, mais plus courtes.

Les qualités architecturales de l’école Guigues sont modestes en comparaison de son importance historique. L’école a été un haut lieu de la résistance franco-ontarienne face au Règlement 17. Ce texte, que le gouvernement de l’Ontario a adopté en 1912, limitait l’instruction en français à une heure par jour dans les écoles primaires francophones. Il sera en vigueur jusqu’en 1927, quand il sera abrogé.

L’école Guigues était au cœur du mouvement de résistance à Ottawa, dirigé par un groupe de femmes déterminées qu’on appellera « les dames gardiennes ». Leur fait d’arme le plus célèbre sera la « bataille des épingles à chapeau ». Le 4 janvier 1916, un groupe de femmes munies de ciseaux et d’épingles à chapeau occupe l’école pour protéger les enseignants prêts à défier la loi malgré la menace de renvoi.

En 1923-1924, l’école est agrandie vers l’est. Elle comptera ainsi six classes de plus, pour 250 écoliers.

L’école Guigues est fermée en juin 1979, du fait de sa fréquentation en baisse et de l’augmentation des frais d’entretien. Les écoliers sont transférés à l’école Routhier, non loin.

En 1980, la Ville d’Ottawa désigne l’école, inoccupée, en vertu de la partie IV de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario. Divers groupes franco-ontariens envisagent de réutiliser l’immeuble, en l’adaptant, pour des activités culturelles. Leurs projets n’aboutiront pas.

L’état de l’école désaffectée, vide et privée de chauffage depuis la fin des années 1980, se détériorera jusqu’à un point critique. En 1994, le conseil scolaire vend l’immeuble. Il deviendra le Centre polyvalent des aînés francophones d’Ottawa-Carleton.

Les nouveaux propriétaires occupent le sous-sol et le rez-de-chaussée, y aménageant des bureaux. Ils forment aussi un partenariat avec un entrepreneur pour transformer les deux étages supérieurs en 14 appartements selon les plans de l’architecte Barry Padolsky. Patrimoine Ottawa a aidé à maintenir le projet de réutilisation dans l’actualité au cours des mois précédant sa concrétisation. La présidente, Louisa Coates, a exprimé par écrit son appui à la proposition :

"Patrimoine Ottawa est enchanté de voir cet important immeuble du patrimoine, qui est resté vacant plus de 10 ans, utilisé par la communauté comme centre communautaire et résidence pour aînés. ... Nous soutenons tous les efforts déployés pour préserver ce précieux monument de l’histoire franco-ontarienne."

Le Centre de services Guigues a été inauguré le 30 mai 1997. La même année, il recevra un prix d’excellence en conservation du patrimoine à Ottawa.