44. L’Édifice de l’horticulture

Construction :  1914

Architecte(s) :  Francis Conroy Sullivan | Allan Keefer

Emplacement :  957 rue Bank, Ottawa (parc Lansdowne)

 

L’Édifice de l’horticulture du parc Lansdowne, à Ottawa, a été érigé en 1914 pour accueillir le salon horticole tenu chaque année dans le cadre de l’Exposition du Canada central (ECC). Il remplaçait un immeuble construit en 1899. Il est le seul immeuble à Ottawa à avoir été désigné trois fois en vertu de la partie IV de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario et dont la désignation a été révoquée deux fois.

L’immeuble est attribué à l’architecte Francis Conroy Sullivan (1882-1929), bien que les dessins aient été préparés par le cabinet d’Allan Keefer (1883-1952), un autre architecte d’Ottawa. On ignore le rôle précis que chacun des deux a joué.

L’Édifice est une excellente interprétation canadienne du style des Prairies, créé par l’architecte américain Frank Lloyd Wright (1867-1959). Son allure moderne est bien affirmée, avec une répartition rectiligne des masses, de solides piliers d’angle, des toits comme en dalles et de grandes corniches en porte-à-faux, un alignement de fenêtres à claire-voie, des bandes de pierre horizontales et une ornementation minimale mais stylisée.

Deux parties distinctes constituent l’Édifice de l’horticulture : un hall d’entrée de deux étages à toit plat et un hall d’exposition en un seul étage, avec toiture tronquée à pignon. Le hall d’exposition comporte un remarquable espace sans colonne rendu possible grâce à l’utilisation de fermes en acier rivetées de 80 pieds de longueur.

Le dernier salon horticole y est organisé en 1965. De 1971 à 1977, l’immeuble sert de Pavillon des sports, consacré à l’histoire des sports dans la vallée d’Ottawa. Il sera ensuite utilisé sporadiquement pour divers événements, avant d’être fermé en 2012.

Auparavant, le 7 novembre 1984, le conseil municipal approuve une stratégie de mise en valeur du parc Lansdowne. Celle-ci prévoit l’élimination par étapes de certains immeubles de l’exposition. La démolition de l’Édifice de l’horticulture est programmée en 1991.

Patrimoine Ottawa luttera pour sauver l’immeuble. Jouissant d’un vaste appui de la communauté, l’organisme joue un rôle clé dans sa désignation en vertu de la partie IV de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario, le 2 mai 1989.

En 1990, des projets sont en cours d’élaboration pour transformer le parc Lansdowne en complexe d’expositions de 22,5 millions de dollars. Le 27 juin 1991, le conseil municipal vote en faveur de la démolition de l’Édifice de l’horticulture pour faire place à un nouveau centre des congrès. Il révoque sa désignation patrimoniale.

En décembre, Patrimoine Ottawa organise une manifestation, qui sera suivie d’une conférence publique et d’un rallye en février 1992. Des centaines de citoyens des environs signent une pétition pour sauver l’immeuble. Au vu du tollé, le projet de réaménagement est abandonné et le conseil municipal rétablit une première fois la désignation de l’Édifice de l’horticulture le 3 novembre 1993. L’immeuble semble être sauvé, bien qu’aucun budget ne soit approuvé pour sa restauration.

Le 14 septembre 2007, la ville annonce un concours international de conception pour la revitalisation du parc Lansdowne. En 2008, le concours est annulé pour permettre l’étude d’une proposition non sollicitée soumise par l’Ottawa Sports and Entertainment Group (OSEG). En juin 2010, le conseil municipal vote en faveur d’un partenariat avec l’OSEG autour de son projet de réaménagement. Parmi les conditions, l’Édifice de l’horticulture doit être déplacé 140 mètres à l’est, soi-disant pour mieux le mettre en évidence dans le parc Lansdowne revitalisé. En fait, il s’agit de permettre à l’OSEG de prévoir davantage de commerces et un stationnement souterrain.

Patrimoine Ottawa lance en vain de nombreuses pétitions pour que la Ville exige de l’OSEG qu’il laisse le pavillon Aberdeen et l’Édifice de l’horticulture sur place.

La Ville révoque une deuxième fois la désignation patrimoniale de l’immeuble pour qu’il puisse être déplacé. Patrimoine Ottawa sera un des opposants qui comparaîtront devant la Commission des biens culturels (CBC), en avril 2011. La contestation aboutira, mais la Ville choisira de passer outre à la décision de la CBC. L’avenir révélera que le déplacement supposait aussi la démolition de l’élévation nord et de trois baies, soit 20 % de l’immeuble.

À l’issue du projet de l’OSEG, une fois l’Édifice de l’horticulture rénové, le Conseil municipal désigne de nouveau l’immeuble (pour la troisième fois) en vertu de la partie IV de la Loi sur le patrimoine de l’Ontario.

Quand on demande à David Flemming, ancien président de Patrimoine Ottawa, pourquoi son organisme n’appuie pas cette désignation, il répond que « peu importe, réellement, si l’immeuble est de nouveau désigné, car il ne sera pas protégé davantage qu’il ne l’a été les deux premières fois! »

Aujourd’hui, l’édifice de l’horticulture comprend un restaurant et des espace de réception que la Ville loue pour des événements privés et communautaires.